« La tâche du traducteur est de faciliter cet amour entre l’original et son ombre »
(Gayatri Chakravorty Spivak)

Qui sommes-nous ?

Traducciones Vaikava a été conçue à bord d’une voiture pendant les trois heures et demie de trajet séparant le sud de l’Utah et le Nevada, au retour d’un voyage de bénévolat. Le paysage désertique nous a inspirés et encouragés à établir un pont entre les cultures.

LES ORIGINES DE TRADUCCIONES VAIKAVA

Traducciones Vaikava est née sous le nom d’Ex Libris. Carlos et moi-même, María Eugenia, qui en sommes les créateurs, nous avons pensé qu’il s’agissait de la dénomination appropriée à notre rêve. Ex Libris a existé comme telle pendant quelques mois. Le destin a emporté Carlos un jour d’été et Ex Libris s’est retrouvée orpheline de père. Le cœur gros, j’ai décidé que notre rêve devait continuer. C’est ainsi qu’a surgi Traducciones Vaikava, comme un prolongement de ce rêve interrompu par les vicissitudes de la vie.

Carlos a fait ses premiers pas près de l’Atlantique et ses derniers pas en Méditerranée. Amoureux de la mer, il adorait écouter mes histoires sur les habitants de l’île de Pâques, les Rapanuis. Il a toujours aimé la sonorité du mot vaikava. Formé à partir de deux mots, vai (eau) et kava (salé), ce nom est utilisé par les Rapanuis pour désigner la mer. Je n’ai pas douté un seul instant que ce serait le bon nom en souvenir de Carlos : Traducciones Vaikava.

 

Background Image

UN PEU D’HISTOIRE SUR SES FONDATEURS

Carlos García Otero avait une âme de chef d’entreprise. Il a exercé sa profession de pilote commercial pendant de nombreuses années. Le ciel et la mer étaient les deux mondes dans lesquels il se plaisait le plus et où il a vécu pleinement heureux. Si Traducciones Vaikava existe, c’est grâce à lui. Carlos  m’a incitée à l’accompagner dans ce voyage. Je n’ai pas hésité une seconde. C’est ainsi que, entre les idées de l’un et de l’autre, Traducciones Vaikava a été mise en chantier et a finalement vu le jour à l’aube de 2011. Carlos était un grand spécialiste des questions informatiques et il était rare qu’un appareil électronique lui résiste. Ce n’est pas pour rien qu’il a développé sa carrière dans l’un des domaines où la technologie de pointe atteint sa plus haute expression : l’aviation. Malgré le peu de temps qu’il a pu consacrer à notre projet, ses nombreuses contributions à Traducciones Vaikava ont été brillantes et demeurent. Carlos est parti vivre une autre vie. Moi, je suis restée sur cette planète avec une seule mission : transformer son rêve en réalité.

Carlos García Otero
María Eugenia Santa Coloma

María Eugenia Santa Coloma Costea est l’autre moitié de Traducciones Vaikava. À la différence de Carlos, je suis dépourvue d’habiletés naturelles dans le domaine de l’informatique, même s’il faut dire, pour ma défense, que je me suis efforcée d’être une bonne élève. Je suis de nature curieuse et j’aime apprendre de nouvelles choses. D’ailleurs, j’ai toujours voulu que figure sur ma carte d’identité la mention « profession : étudiante ». J’ai passé une licence en biologie (Félix Rodríguez de la Fuente et ses programmes de télévision en sont responsables), j’ai passé un doctorat en anthropologie sociale et culturelle en réalisant une thèse sur le peuple rapanui, j’ai fait un master en muséologie et gestion du patrimoine culturel, et lorsque tout le monde pensait que j’en avais sans doute assez des études, j’ai entrepris une licence en traduction et interprétation. Je suis traductrice-interprète assermentée en anglais et correctrice en espagnol, un monde auquel je me consacre professionnellement depuis quelques années.

 

Voyageuse invétérée, j’ai travaillé sur un bateau d’expédition comme guide spécialisée en patrimoine de l’humanité. Ce parcours éclectique m’a permis d’avoir une vision globale de différents thèmes. Même si mes domaines de spécialisation semblent n’avoir, en apparence, aucun rapport entre eux, l’expérience m’a appris qu’on n’en sait jamais trop et que, dans ce monde, tout est lié à tout. Ma merveilleuse profession est une source de savoir et une stimulation permanente.

 

L’union de deux esprits curieux et complémentaires a été à l’origine de Traducciones Vaikava. La vie peut s’interrompre sans crier gare, mais les rêves ne doivent jamais mourir. Traducciones Vaikava sera toujours Carlos et moi.

Background Image

NOTRE SOURCE D’INSPIRATION POUR LA CRÉATION DU LOGO DE TRADUCCIONES VAIKAVA

Une fois le nom trouvé, il fallait alors créer un logo qui nous identifierait et avec lequel nous nous sentirions identifiés. Ce fut plus facile que nous ne le pensions. L’image d’un reimiro, un ornement pectoral en forme de croissant de lune utilisé par les Rapanuis, les habitants de l’île de Pâques, nous est rapidement venue à l’esprit. Nous avons pensé que les deux visages de la silhouette pouvaient être la représentation du processus de la communication : un visage parle, l’autre traduit, le résultat est un dialogue interculturel.

Notre ami rapanui Hugo Teave, un artiste reconnu et un homme remarquable, est l’auteur du dessin original du logo. Nous nous sommes limités à le retourner pour obtenir une image spéculaire.